J’ai trouvé cette chaise sur le trottoir l’année dernière (2016) et j’ai décidé que je pourrais la réparer. J’ai le projet de pratiquer une restauration du dossier avec une technique qui s’approcherai de la technique japonaise du kintsugi (金継ぎ)  (« jointure en or ») ou kintsukuroi (金繕い) (« réparation en or ») que je souhaite associer à la technique de réparation à l’agrafe que l’on trouve fréquemment sur les collections d’assiettes anciennes ou d’objets ethnographiques. Ces agrafes évoquent les sutures chirurgicale.

 

L’accident révèle la substance

                                                            Aristote

 

Bol réparé avec la technique du kintsukuroi (photo © tsugi.de)

Récitent Angola, calebasse et fibre végétales 15 x 25 cm. Mission J. de Rohan-Chabot. Deux fentes ligaturées avec des fibres végétales formant un décors d’entrelacs. Extrait du catalogue “Objets blessés : La réparation en Afrique” Broché – 14 juin 2007, de Gaetano Speranza

Récitent Bénin, calebasse et fibre végétales 10 x 14 cm. Don Dr L. Capitan. Deux fentes ligaturées avec des fibres végétales formant un décors d’entrelacs. Extrait du catalogue “Objets blessés : La réparation en Afrique” Broché – 14 juin 2007, de Gaetano Speranza

 

Je veux sublimer la blessure de l’objet, trace de son passé car aucune technique illusionniste ne permettrai d’effacer cette scarification. De plus, je suis fascinée par les cicatrices des objets brisés que j’ai toujours trouvé esthétiquement belle. Dans le cas de cette chaise au dossier transparent, cette technique est selon moi justifiée.

Cette chaise design est une Opal transparente Muubs en plastique avec piètement en métal chromé (Hauteur : 81 cm – Assise : 47 cm – Longueur : 60 cm – Largeur : 60 cm)

 

 

 

 

 

Dossier brisé & assise encrassée

  

 

 

Piètement métallique oxydé. Pendant traitement de nettoyage

    

 

Avant / Après