Durant trois années, j’ai fais un choix. Travailler à mi-temps pour le Décathlon la Madeleine, soit le plus gros Décathlon parisien, non pas en terme de superficie mais en termes de flux client et de CA), ce qui m’a permis parallèlement de suivre des formations pour améliorer mes compétences dans le domaine du décors (ex : Cours de modelage et de moulage à l’école des Arts appliqués de Duperré à raison de 12h/sem.).

J’ai commencé en tant que vendeuse polyvalente. On entend par la : le conseil et la vente aux clients bien entendu mais également la gestions de stock, la mise en rayon, le réapprovisionnement des rayons, la caisse (caisses classiques et caisses automatique), la réception qui consiste à recevoir les milliers de marchandises tous les matin, à les trier, débourrer et redispatcher dans les rayons correspondants, les déménagements de saisons de nuit, le remodelage des rayons pour mettre en valeur tels ou tels sports/articles, etc.

Ce travail varié mais peu stimulant ne me suffisant plus au bout de quelques mois et ayant fais mes preuves dans toutes les compétences nommées plus haut, j’ai obtenu que l’on me donne de nouvelles responsabilités, comme celle de m’occuper de la signalétique du magasin. Un sacré gros morceaux qui consistait à facilité l’orientation de nos clients dans ce magasin atypique au sein de la chaine Décathlon car petit et très bas de plafond : avec proposition graphique, graphisme, prise de mesure, mise en concurrence de prestataires, analyse des devis, suivit de chantier, gestion des prestataires, etc.

 

PLV Signalétique MAG 189

PLV Signalétique minima MAG 189

 

J’ai également été en charge d’effectuer quelques missions de décoration ou de mise en valeur du magasin, par exemple toute la décoration de Noël 2017  : scénographie, choix du prestataire, suivi de chantier, réalisation de certains des décors.

Cette année là, forte de mes deux Noël précédant, j’avais constaté que le choix de la moquette rouge à flocons (imposé par le siège) n’était pas adapté aux contraintes de notre magasin. Le flux client été tel que la moquette était anéanti en quelques jours. J’ai donc fais le choix de la dispatcher de manière plus raisonnée, appropriée mais bien visible. Je l’ai découpé sur mesure pour qu’elle s’intègre sur les étalages du rayon ski par exemple, sous les têtes de gondoles (TG) de chaque allée, sous la rangé de sapins que j’avais commandé.

Je souhaitais une allée de sapins sobres, de belles factures et illuminés. Malheureusement, mes collaborateurs du service clients ont jugé bon d’accrocher des cartes cadeaux dans les sapins, les chargeant visuellement inutilement. Mais il faut savoir s’adapter et heureusement, ils ont respecté ma consigne : pas d’articles dans les sapins.

 


 

L’année à Décathlon est divisée en plusieurs temps forts, des moments saisonniers de vente comme par exemple Noël, la saint Valentin, les compétitions sportives (coupes du monde, J.O., etc) ou encore la Rentrée des sportifs (correspondant à la rentrée scolaire). Pour cette dernière, j’ai par exemple proposé cette mise en avant de nos produits à l’entrée du magasin. Malheureusement, les photos ne montrent que le début de mes recherches. J’ai perdu les images finales. L’idée : il s’agissait d’évoquer chaque sport/rayon avec des tenues complètes en miroir (fille/garçon) et dont les prix étaient calligraphiés sur les ardoises scolaires. 

 

 

J’ai également été en charge de réaliser deux espaces bien spécifiques au sein du magasin : l’atelier sport de raquette (réparation de raquette de tennis, cordage, etc) et l’atelier cycle. Ces deux espaces visant à offrir un service client bien particulier nécessitaient une mise en avant pour une visibilité immédiate par nos clients. Mais aussi le végétalisation des bureaux et l’amélioration d’autres petits espaces.

 

Improvisation d’un bureau/atelier

 

J’ai donc imaginé ces deux espaces en intégrant les contraintes que mes collègues vendeurs me donnaient en tant que futurs utilisateurs de ces zones de service. Je détaillerai surtout l’Atelier Tennis qui a été plus intéressant dans sa conception que l’Atelier Cycle. En effet, j’ai par exemple pu m’amuser à évoquer le logo lumineux vert des pharmacies, signalant le soin, la guérison. L’atelier tennis étant placé au niveau de l’allée centrale, l’utilisation d’une raquette avec une rangée de LED vertes pour évoquer un espace de soin des raquettes de tennis à nos clients me semblait parfaitement approprié.

 


Pour chacune de ces interventions, et d’autre que je n’ai pas évoqué, je devais me plier à la charte graphique de la marque Décathlon qui est très précise et qui participe bien évidemment à l’identité visuelle de l’enseigne que je me devais de respecter.